Les vaches confolentaises jouent la stabulation solaire – article Charente Libre

 
Thomas Fatout et Aurélien Béguier (au premier plan) devant la toiture qui sera entièrement recouverte de panneaux solaires. Photo CL.

J’ai 70 limousines à loger. Avec les veaux, ça fait du monde…» A la «Petite Martinie», Didier Manceau regarde non sans fierté l’immense bâtiment qui lui servira à terme de stabulation pour son troupeau. Réellement immense: 30 mètres par 80 au sol, 2.400m2 de surface, que surplombe une impressionnante toiture de 1.828m2 orientée plein sud.

Didier Manceau est éleveur. Avec une exploitation située au nord de la commune de Confolens, sur la route de Poitiers. Des limousines, évidemment, qui avaient quelque souci de logement. «Bon, jusque-là on a fait avec, glisse, philosophe Didier Manceau, mais avec le nouveau bâtiment, ça ira mieux».

Cela fait pratiquement trois ans que l’agriculteur planche sur la question. Tout en s’interrogeant: «Vous savez, j’ai 54 ans, je me suis vraiment posé la question de savoir si c’était pas un peu fou de me lancer dans un truc comme ça…» Le hasard est venu au secours de l’éleveur, qui croise il y a trois ans à l’occasion de la foire de la Saint-Barthélémy à Confolens, un technicien de la société «Technique solaire», de Migné-Auxances, aux portes de Poitiers. L’échange d’idées se concrétise rapidement.

«Rapidement, c’est un grand mot, commente Didier Manceau, car il s’est quand même passé deux ans entre le montage des dossiers et les premiers coups de pelle mécanique». Aujourd’hui, un beau bâtiment est sorti de terre. Qui va être entièrement recouverts de panneaux photovoltaïques sur sa toiture orientée au sud.

Facture à un million d’euros

L’«astuce», pour Didier Manceau, c’est que le financement de l’opération est assuré entièrement par Poitou-Charentes énergies Renouvelables, une société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) dans laquelle la Région est actionnaire (20%) ainsi qu’EDF, la Caisse des dépôts et consignations, la Caisse d’épargne, le Crédit Mutuel, Dexia, le pôle éco-industries Poitou-Charentes et Poitou-Charentes Innovation (1). Car le montant de la facture n’est pas mince: un million d’euros! «La SCIC, qui a fait appel au Crédit Agricole pour le financement, se rembourse en revendant l’électricité produite à EDF» explique Aurélien Béguier, qui indique que le contrat qui a été passé l’a été sur la base d’un prix de rachat par EDF de 42 centimes le kilowatt heure. «Aujourd’hui, avec un prix de rachat qui est descendu à 21 centimes, une opération comme celle-ci ne pourrait plus se concrétiser» confie le technicien.

Les travaux vont s’étendre sur cinq mois, comme l’indique Thomas Fatout de Technique solaire, qui précise que «Les 880 panneaux qui vont être posés sur la toiture, produiront 260.000kw/h par an. Cela représente la consommation annuelle, hors chauffage de 104 foyers de quatre personnes» indique Thomas Fatout.

Didier Manceau, qui a offert son terrain pour la construction de ce bâtiment sera en quelque sorte locataire, via un «prêt à usage». Il prendra possession de son bien au bout de 30 ans. «Le bâtiment sera fini en mars, je l’aménage tranquillement cet été, il sera prêt pour l’hiver prochain».

(1) L’agriculteur a quand même dû débourser 16.000€ pour le terrassement et 10.000€ pour le financement des pignons du bâtiment.

par Patrick Servant, Charente Libre

Inauguration de la centrale photovoltaïque du complexe sportif des Montagnes à Champniers

CH

La centrale photovoltaïque du Complexe Sportif de Champniers, dotée de 1200 m² de  panneaux solaires polycristallins pour une puissance installée de 161,04 kWc, est la deuxième unité de production mise en service par Poitou-Charentes Energies Renouvelables qui en exploite quatre à ce jour.
Elle a été mise en service : le 28 septembre 2010.

Télécharger le dossier de presse

Inauguration de la centrale photovoltaïque du Lycée Paul Guérin à Niort

La centrale photovoltaïque du lycée Paul Guérin, dotée de 1560 m² de panneaux solaires monocristallins pour une puissance installée de 193 kWc, est la première unité de production mise en service par Poitou-Charentes Energies Renouvelables.
Elle a été mise en service : le 22 avril 2010.

Télécharger le dossier de presse

Histoire de la production d’électricité en Poitou-Charentes

À partir de 1918, l’électrification en région s’accélère. La production d’électricité est alors exclusivement d’origine hydroélectrique et thermique. La Société des Forces Motrices de la Vienne (SFMV) est la première société de production de grande envergure sur le territoire régional.

En 1930, la SFMV possède 7 sites de production. Cette société est alors titulaire d’un certain nombre de concessions de fourniture d’électricité basse tension, dont les plus importantes sont les concessions municipales de Châtellerault, de Saintes et de Montmorillon.

carte-1930Centrales de production et réseau électrique  en région Poitou-Charentes en 1931

Une des conséquence du développement de cette société fut la possibilité de créer des réseaux d’électrification rurale dans la région. Les départements de la Vienne et des Deux-Sèvres ont les premiers en France donné l’exemple d’électrification totale par syndicats uniques.

En 1932, la SFMV désservait plus de 1200 communes en électricité.

À la fin de la seconde guerre mondiale, en 1946, la nationalisation du secteur de l’électricité intervient. La SFMV est absorbée par EDF. Le développement de grands ouvrages hydroélectriques et thermiques permet l’accroissement de la taille des centrales.

En Vienne et en Deux-Sèvres, les syndicats intercommunaux décident de conserver leurs régies et ne rejoignent pas la société nationalisée EDF. Aujourd’hui encore, la gestion de la distribution d’électricité de la plupart des communes rurales de ces deux départements reste sous la responsabilité de ces syndicats.

Dans les années 1970, la France fait le choix massif du nucléaire civil.

civauxCentrale nucléaire de Civaux (crédit : EDF)

En Région, la construction de la centrale nucléaire de Civaux débute en 1988, pour une mise en service en 1997. Seuls les grands ouvrages hydrolectriques gérés par EDF (barrages de Jousseau, La Roche, Chardes et Chatellerault) subsistent, ainsi que quelques petites installations souvent maintenues par des passionnés.

Dans les années 2000, avec la prise de conscience collective du réchauffement climatique, puis le Grenelle de l’environnement, l’Etat choisit d’encourager la production décentralisée d’énergies renouvelables. Des tarifs d’achat attractifs voient le jour afin de dynamiser les filières du renouvelable.

La filière éolienne est la première à se développer, suivie des filières photovoltaïque et biogaz.graphe ENR

Extrait du site internet www.arecpc.com

La Région Poitou-Charentes adopte son Plan Energie Solaire Régional début 2008, afin de favoriser l’installation de centrales photovoltaïques.

C’est dans ce contexte que la SCIC Poitou-Charentes Energies Renouvelables voit le jour le 28 avril 2008, et a vocation à développer la production décentralisée d’énergie à partir de ressources renouvelables sur le territoire de Poitou-Charentes.