Article Centre Presse – « Ambitieux et pragmatique » pour la transition énergétique

Grand Poitiers veut s’inscrire dans l’accord sur le climat de Paris. Objectifs: une production d’énergie à 30% d’origine renouvelable en 2030; 50% de consommation en moins en 2050.
L'installation d'ombrières photovoltaïques au parc des expositions vise à augmenter la production d'énergie d'origine renouvelable.

L’installation d’ombrières photovoltaïques au parc des expositions vise à augmenter la production d’énergie d’origine renouvelable.
pbonnet
En l’espace de quelques jours, Grand Poitiers a mis en lumière deux projets qui illustrent les deux volets de la politique que la collectivité souhaite mener en matière de transition énergétique, politique qui sera inscrite dans le « schéma directeur des énergies » qui vient d’être initié et qui sera finalisé fin 2018.

« Donald Trump peut dire ce qu’il veut »

Le premier volet concerne la production: l’objectif est de faire croître la part d’énergie d’origine renouvelable, actuellement de 10%, jusqu’à 30% en 2030. L’installation d’ombrières photovoltaïques sur deux parkings de Poitiers, au parc des expositions et à la salle de sports de Saint-Éloi (lire ci-dessous), va y contribuer. Le second volet touche à la consommation: à l’horizon 2050, Grand Poitiers souhaite une baisse de 40 à 50% de la consommation de l’ensemble des acteurs et habitants du territoire. La collectivité veut donner l’exemple avec la rénovation de l’éclairage public du quartier des Couronneries, à Poitiers (lire aussi ci-dessous).

« Grand Poitiers veut être un territoire exemplaire pour apporter sa pierre à l’accord de Paris, a affirmé Alain Claeys, président de la communauté d’agglomération, vendredi. Nous sommes convaincus que les objectifs de cet accord seront atteints si chaque entreprise et si chacun est capable de se fixer des objectifs pragmatiques mais ambitieux. Nous ne partons pas de rien: Grand Poitiers et ses partenaires mènent déjà de nombreuses actions, et la collectivité a obtenu un label national et un label européen. La politique de transition énergétique ne peut se faire que collectivement. Et Donald Trump peut dire ce qu’il veut, même aux États-Unis, si les territoires et les entreprises se mobilisent, nous pouvons inventer une nouvelle économie et une nouvelle croissance. »

Parmi les leviers sur lesquels agit déjà la collectivité, au niveau de la consommation d’énergie, Alain Claeys cite le chauffage urbain qui utilise l’énergie produite par l’incinération des déchets à l’usine de Saint-Éloi, et dont le réseau qui couvre actuellement Saint-Éloi et les Couronneries, va être étendu à l’Université et au CHU, jusqu’à la Gibauderie. Il évoque aussi le choix des bus au gaz pour Vitalis, ainsi que les opérations de rénovation menées par les bailleurs sociaux. Pour les particuliers, il rappelle l’action du Point info énergie, rue de Puygarreau, qui délivre conseils techniques et financiers pour faire rénover son logement et réduire sa facture énergétique. Une facture énergétique qui figure aussi dans les préoccupations du schéma directeur des énergies: « A travers les économies d’énergie, nous luttons aussi contre la précarité des foyers les plus démunis. »

>> LIRE AUSSI : L’éclairage remplacé dans trois quartiers

en savoir plus

De l’énergie sur le parking

Des ombrières photovoltaïques (3.200 m2) ont été inaugurées vendredi, sur le parking du parc des expositions, au-dessus de 228 places de stationnement. L’objectif est de produire 560.000 kWh par an, ce qui équivaut à la consommation de 200 foyers. Ce projet s’inscrit dans la volonté de Grand Poitiers d’augmenter la production d’énergie d’origine renouvelable (lire ci-dessus). Sur ce terrain mis à disposition par Grand Poitiers, la société PCER (Poitou Charentes Énergies Renouvelables) a investi 1,3 M  dans la construction de cet équipement et l’exploitera à l’avenir. L’électricité produite sera revendue à Enedis et servira dans des équipements proches (bâtiments, éclairage…).

D’autres ombrières vont être installées sur 1.600 m2 sur 114 places du parking de la salle de sports à Saint-Éloi : elles produiront 280.000 kWh.

Élisabeth Royez